Loïc Jombart

Le crayon au service de l’engagement

Il dessine depuis son plus jeune âge. Loïc Jombart est parvenu à accomplir un joli rêve : allier passion et profession. Dessinateur et graphiste en quête perpétuelle de nouveaux projets, il n’a jamais perdu de vue ses premières aspirations et continue de diversifier ses créations, pour lesquelles la pédagogie est le mot d’ordre.  

Si Loïc Jombart est passé par une formation déterminante pour sa profession, l’École de graphisme Pivaut de Nantes, c’est en DEUG Administration économique et sociale qu’il fait ses premiers pas dans l’enseignement supérieur. Il obtient son diplôme à l’Université d’Angers en 1989, après deux années « formatrices qui m’aident encore aujourd’hui, notamment pour la partie analyse de projets de mon travail ».

Après une première expérience en agence de communication, désireux de créer librement, il se lance en freelance en 1996, et crée Empreinte Studio, basé aux Ponts-de-Cé. Une initiative payante, qui l’amène à user de son talent pour des projets essentiellement locaux. En 2016, répondant à une sollicitation du festival de la BD de Chalonnes-sur-Loire, il signe par exemple l’album La Boule, une bande-dessinée romanesque sur fond de boule de fort.

Sensibiliser aux mines antipersonnel

Quatorze ans plus tôt, c’est l’École du génie d’Angers qui a fait appel à lui pour un projet majeur. « Je n’ai jamais été confronté au monde militaire, je n’avais même pas de contacts dans ce milieu ». En 2004, sa collaboration avec le Centre national de déminage humanitaire aboutit à l’album 1001 Mines, qui cherche à sensibiliser la population aux mines anti-personnel. Cette création lui vaut le 2e prix Armée-jeunesse, décerné en 2008. Au-delà de cette récompense, l'album justifie son intérêt et sa nécessité à l’international : il est traduit dans plus de 20 langues et plus de 100 000 exemplaires sont distribués à travers le monde.

En 2009, il achève l’album Il était trop de fois, bande dessinée muette, grand public, sur l’enfance en danger, mais également outil pédagogique à destination des enseignants, psychologues et travailleurs sociaux. L’album est double lauréat du prix Littéraire de la citoyenneté de l’Inspection académique de Maine-et-Loire en 2011.

D’autres projets de cette veine suivront, comme des planches sur la sécurité routière ou sur les méfaits de l’alcool chez les jeunes.

Fin 2018, un album collectif créé en partenariat avec les Musées d’Angers, intitulé Ma BD à musée, verra le jour.


Ce contenu a été créé ou mis à jour le 16/11/2018.